Le groupe HeidelbergCement a pour ambition de réduire de 50% l’empreinte carbone de ses ciments à horizon 2030 par rapport à 1990. 

HeidelbergCement vise la neutralité carbone du béton en 2050. 

Dans cette perspective, le groupe investit massivement dans de nombreux pays et notamment en France. 
Les investissements visent à réduire l’empreinte carbone liée à la phase de combustion (1/3 des émissions de la filière) mais aussi à développer les technologies permettant de capter le CO2, de le stocker ou de la valoriser (CCUS). Le CCUS est la principale technologie identifiée à ce jour pour abattre les émissions de process (décarbonatation du calcaire). 

HeidelbergCement est à l’avant-garde pour développer les technologies de demain. Ainsi, à Brevik en Norvège, le groupe a développé le premier pilote CCS à grande échelle de l’industrie cimentière avec une capacité annuelle de stockage permanent de 400 000 tonnes de CO2, soit 50% des émissions de la cimenterie. 

Carbon Capture and Storage (CCS)
Programme de décarbonation

En Suède, le groupe HeidelbergCement a lancé un projet de CCS à Slite qui deviendra la première cimenterie neutre en carbone. C’est un projet de CCS majeur pour l’industrie qui contribuera à la réalisation des objectifs de réduction d’émissions de CO2 de la Suède. 1,8 million de tonnes de CO2 seront captées et stockées chaque année à partir de 2030, soit la totalité des émissions annuelles du site. 

HeidelbergCement to build the world's first carbon-neutral cement plant

D’autres projets de CCS sont à l’étude dans de nombreux pays (Canada, Europe de l’Est…). En parallèle, des projets de CCU sont en cours de développement en Allemagne, au Royaume-Uni, au Maroc et aux Etats-Unis.